Rechercher



Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Liens utiles

CNRS
Délégation Normandie

Accueil du site > AXES DE RECHERCHE

Temporalités, régulations, régionalisations

Responsables :

- ELISSALDE Bernard (PU, IDEES Rouen),
- DE RUFFRAY Sophie (PU, IDEES Rouen),
- DIDELON Clarisse (MCF-HDR, IDEES Le Havre)

A. PRESENTATION DE L’AXE

A.1. Les Personnels (membres de l’axe)

PNG - 43.1 ko

A.2. Les objectifs majeurs de l’axe

A partir de l’héritage de deux thématiques fortes qui concernent à la fois les problématiques de recompositions urbaines et les logiques de gouvernance urbaine, l’orientation de l’axe 2 a privilégié les problématiques de régionalisation et de temporalités.

Fondée sur une synergie forte entre les différents laboratoires de l’UMR IDEES et les programmes de recherches, l’objectif a été de mener une démarche scientifique cohérente depuis les réflexions théoriques conceptuelles jusqu’à l’élaboration de méthodes et d’outils mis à la disposition de la communauté scientifique ou du débat public (base de données électorales par exemple, bulletins sur la Normandie en débat…) en y ajoutant des approches incluant la prise en compte des processus temporels. Ces approches croisent les différentes manifestations des temporalités géographiques et les méthodologies d’analyse spatiale développées au sein de l’UMR.

L’originalité de cet axe a été de pouvoir mener ces réflexions à l’échelle mondiale (notamment dans le cadre du PCRD Eurobroadmap, du programme ESPON-TIGER et en interaction avec les séminaires organisés dans le cadre du chantier transversal « Mondialisation ») mais aussi locale (ANR Cartelec, programmes GRR « Culture et Société en Normandie » sur les friches culturelles ou sur l’ « axe Seine »). Même si l’Europe est un espace privilégié, le regroupement de collègues spécialisés d’aires culturelles variées (la Russie, l’Afrique de l’Ouest, la Tunisie, l’Amérique latine, l’Amérique du Nord) permet de mener une approche comparative et d’enrichir les interprétations.

Le dernier objectif concernait aussi la consolidation du lien entre les travaux menés dans le cadre de cet axe et l’équipe d’économistes (EA CREAM Centre de Recherches en Economie Appliquée à la Mondialisation) dont un des axes majeurs concerne la mondialisation. L’organisation d’un séminaire et d’un projet dans le cadre du GRR « Culture et Société en Normandie » sur « Mondialisation et distance » n’a pas complètement abouti notamment du fait de détachements au Vietnam de deux collègues économistes. Par contre, l’UMR accueillie trois économistes du Havre et de Rouen dans le cadre du prochain contrat.

B. LE BILAN SCIENTIFIQUE

B.1. Production et qualité scientifique

La thématique des recompositions spatiales et économiques urbaines a regroupé les approches théoriques d’un certain nombre de chercheurs notamment dans les espaces urbains et périurbains, mais elle a permis également une confrontation d’expérience de spécialistes d’aires culturelles différentes, dans une perspective comparative. L’intégration de la « durabilité » dans la gestion urbaine à travers les ségrégations urbaines (espaces résidentiels fermés), l’étalement urbain et les équipements culturels et de loisir, en comparaison avec d’autres métropoles européennes et non européennes. Ainsi, le colloque « De la friche industrielle au lieu culturel », organisé en juin 2012, a permis de positionner les recherches menées dans le cadre de l’UMR sur la question de la pérennité de ces nouveaux espaces culturels et sur la manière d’appréhender l’effet social et territorial d’une requalification, selon des aspects qualitatifs et quantitatifs. A une échelle internationale, l’UMR IDEES est porteur du GDRI ERU « Espace et réseau urbain » qui vise à mener une approche comparative sur les formes d’urbanisation et de périurbanisation, les problèmes de planification et de gouvernance urbaine (France, Russie, Hongrie, Allemagne, Ukraine).

Les recherches portant sur la diffusion des droits et de la démocratie ont été confortés notamment dans le cadre de projets internationaux. La géographie électorale constitue leur face la plus lisible, mais la question « géocratique » ne se limite pas à l’analyse stricte des votes, et prend également en compte les enjeux de recomposition territoriale (quel découpage de l’espace pour qu’elle justice socio-spatiale ?), de coopération territoriale (passer d’une géopolitique postulant le conflit entre acteurs à une géographie du pouvoir intégrant des négociations spatiales) et d’identités territoriales (mobilisations politiques directes, indirectes, participatives etc). A partir des travaux menés dans le cadre de l’ANR Cartelec avec le Cevipof, et de l’Atlas électoral du Mali avec la Flash de Bamako), l’UMR IDEES devient un pôle international de géographie électorale comparée, dans un contexte de diffusion planétaire des idéaux démocratiques. Cette dimension internationale a porté concrètement sur des travaux en lien avec les Etats-Unis (collaboration avec K.J. Cox et thèse d’E. Bonnet sur le vote Obama chez les latinos soutenue en 2014), la Grande-Bretagne (travaux de R.J. Johnston et J. Agnew), l’Europe (collaborations actuelles avec l’ULB de Bruxelles, G. Van Hamme et C. Vandermotten), l’Afrique de l’Ouest (thèses soutenues en 2013 de F. Coulibaly et d’A. Ball). Enfin, un programme CMCU (2013-2015) est mené sur « complexités et enjeux des mailles territoriales » avec une forte dimension comparative sur les questions de régionalisations et sur les questions démocratiques en collaboration étroite avec l’UMR Géographie-Cités et le laboratoire SYFACTE de l’Université de Sfax. Dans ce cadre, un colloque international est prévu les 15 et 16 janvier 2016 à Monastir (Maillages territoriaux, démocratie et élection). A une échelle locale, les travaux sur l’intercommunalité se sont poursuivis dans le cadre de projets pluridisciplinaires avec économistes et juristes (projet TAPT 2011-2013) notamment sur les perceptions de ces recompositions par les élus ou/et les habitants (La COmmunauté De l’Agglomération Havraise (CODAH) et ses habitants : un lien en construction ?).

Les recherches ont porté aussi sur des réflexions théoriques et méthodologiques sur la régionalisation menées à deux échelles privilégiées : mondiale et locale. De plus en plus intégrés dans les échanges mondiaux de toutes natures (économiques, commerciaux financiers, migratoires, culturels…), nos économies se réorganisent pourtant depuis plusieurs décennies vers un régionalisme grandissant. Surtout visible initialement au niveau des nations (CEE puis UE, MERCOSUR, ASEAN, ALENA, UEMOA…), cet apparent paradoxe entre économies globalisées et considérations territoriales s’accentue ces dernières années avec des préoccupations locales croissantes. Deux approches majeures qui correspondent à des programmes de recherches européens et/ou des programmes de recherches régionales portés par l’UMR IDEES ont été étroitement complémentaires. Le premier groupe appréhende les formes de régionalisation à partir des représentations tandis que le deuxième repose les régionalisations fonctionnelles (flux commerciaux, indicateurs liés à la santé…). Dans ce cadre, le colloque final du projet PCRD « Eurobroadmap » a été organisé à Rouen en décembre 2011, regroupant une centaine de chercheurs venus de plus de 30 pays pour restituer les principaux résultats de ce projet mais aussi pour dialoguer avec les projets complémentaires retenus par la commission européenne. Un numéro spécial de la revue Espace Politique « L’Europe vue d’ici et d’ailleurs » paru en 2013 a permis la publication d’un certain nombre de communications. Le projet ESPON-TIGER a proposé une régionalisation à partir des flux qu’ils s’agissent des flux financiers, des flux migratoires, des flux maritimes et des flux de connaissance (projet ESPON-Tiger) et des indicateurs construits à partir des objectifs de la stratégie de Lisbonne (compétitivité, durabilité, cohésion sociale). Le projet ANR-Geomedia a pour objectif de mettre au point un outil de recherche sur les échanges contemporains de flux d’information médiatique entre les différents pays du Monde, à travers une base de données stockant les flux RSS associés aux articles publiés par une centaine de journaux dans plusieurs points du Monde et une proposition de régionalisation médiatique. Enfin, le projet ESPON-CADEC a étudié la diffusion auprès des collectivités territoriales des concepts présents dans les différents programmes ESPON (2007-2013). Des chercheurs de l’UMR IDEES ont également participé au programme européen USESPON (Capitalisation of European perspective on territorial development and cohesion).

A une autre échelle, le projet GRR S-e-i-N-e/Grand Paris s’est inscrit dans le cadre des réflexions menées à propos des coopérations territoriales le long de l’Axe Seine, entre la Normandie et le Grand Paris dans ses dimensions historiques, économiques, politiques, sociales et culturelles. Enfin, plusieurs membres de l’UMR IDEES ont participé au débat public sur la réunification de la Normandie et la nouvelle proposition de découpage sous la forme de 5 bulletins et de l’organisation de nombreuses réunions publiques. Cette réflexion sur la décentralisation se prolonge avec une comparaison internationale dans le cadre d’un programme PICS « Approche comparative des réformes régionales au Nord et au Sud de la Méditerranée » (2015-2017) co-piloté avec l’UMR Géographie-Cités.

Les recherches ont porté sur plusieurs types de temporalités affectant l’espace géographique, qu’ils s’agissent d’introduire l’analyse spatiale dans l’analyse de sites archéologiques en termes de diachronie et/ou de synchronie et/ou d’étudier les temporalités des modèles. Plusieurs séminaires organisés dans le cadre de l’UMR ont abouti à la coordination d’un numéro spécial de l’information géographique (à paraître en 2015). Enfin, le projet « Pulsations urbaines » qui vise à mieux connaître la « pulsation de la ville » à travers le mouvement quotidien de groupes de personnes qui appellent et circulent dans l’espace urbain, en particulier lorsqu’une manifestation culturelle se déroule s’est poursuivi dans le cadre du GRR LMN. Dans ce cadre, les nouvelles technologies en général et les réseaux virtuels et réels qu’elles mobilisent sont des vecteurs pertinents pour renouveler l’analyse de l’espace urbain.

B.2. Le rayonnement et l’attractivité académique (les réseaux, notamment internationaux)

Dans le cadre des projets menés dans l’axe 2, l’UMR est associée à la fois à des partenariats académiques nationaux et/ou internationaux mais aussi à des organismes privés et/ou publics régionaux. Son partenariat privilégié concerne aussi le Collège International de Sciences du Territoire (CIST) dont elle est membre ce qui favorise réseaux et partenariats.

UMR GEOGRAPHIE-CITES, LADYSS, PRODIG, Université Paris 7 Denis Diderot (RIATE, URMIS, ICT), Université Libre de Bruxelles (IGEAT, REPI) (Belgique), Universidade de Lisboa (Centro de Estudos Geográficos) (Portugal), NORDREGIO (Suède), Integrated Resource Management Co. ltd. IRMco Malta (Malte), Universita al I Cusa TIGRIS (Roumanie), Dokuz Eylul University DEU (Turquie), University of Sao Paulo USP (Brésil), Coalition pour la Promotion de l’Agriculture Urbaine et Periurbaine en Afrique (Cameroun), East China Normal University ECNU (Chine) Université de Moscou, San-Diego, Flash de Bamako, Dakar.

DIACT, CEVIPOF, AFSP, CODAH, CREA, Normandie Métropole, Ecole d’Architecture de Normandie, Port autonome de Rouen et Grand port maritime du Havre, CCI de Rouen et du Havre, CESR Haute-Normandie, ministère de l’Intérieur, CETE Grand-Ouest, Etablissement foncier Haute-Normandie.

B.3. L’interaction avec l’environnement social, économique et culturel

Outre les publications scientifiques des chercheurs de l’UMR, plusieurs colloques et/ou publications ont contribué au débat public et au positionnement de l’UMR dans l’environnement régional social, économique et culturel : des publications découlant de leur contribution au débat public (en particulier celles du « groupe des 15 »), des colloques organisées avec des acteurs du monde de la culture (colloque « de la friche industrielle au lieu culturel »).

B.4. La formation à la recherche (les thèses soutenues, et éventuellement les masters)

Enfin, plusieurs thèses et/ou HDR ont contribué aux principales réflexions menées dans l’axe qu’ils s’agissent de la durabilité urbaine et notamment les questions liées à l’étalement urbain ou/et les questions liées à la gouvernance (T. Cornier, F. Raulin). La dimension internationale des problématiques électorales s’est aussi concrétisée par la soutenance de 4 thèses sur le Mali, et les Etats-Unis (A. Ball, E. Bonnet, F. Coulibaly, D. Vigneron). Enfin les travaux menés sur la régionalisation en lien avec la mondialisation ont été portés par une soutenance de thèse et d’habilitation à diriger des recherches (B. Rouland, C. Didelon) (cf. tableau récapitulatif des thèses et HDR soutenues durant le contrat).

C. LES ENJEUX PRIVILEGIES

C.1. Les liens avec le CNRS (contrats, réseaux, etc…)

Dans le cadre de l’axe 2, la plupart des projets notamment européens ont été menés avec des partenaires dans le cadre du CNRS (ESPON-TIGER, ESPON CADEX, PCRD Eurobroadmap). De plus, l’UMR est coordinateur du GDRI ERU.

C.2 La transdisciplinarité

Si toutes les problématiques menées dans le cadre de l’axe 2 ont été abordées dans des cadres pluridisciplinaires, cet aspect devra être poursuivi et renforcé dans le cadre du prochain contrat. En effet, les dimensions économiques et sociologiques des problématiques ont été plus souvent conduites sous la forme de juxtapositions que de véritables intégrations.

C.3. La transversalité avec les autres axes

Les liens avec l’axe 1 transports-mobilités, notamment sur les questions de mobilité, apparaissent évidents. Les questions de frontières (C.Didelon, S. De Ruffray), d’interfaces (B. Lecoquierre) ou d’enclaves (B.Steck) entrent aussi bien dans l’axe 1 que l’axe 2, en particulier sur les villes portuaires et sur les mobilités transfrontalières. Le programme ESPON-TIGER qui a porté porte sur la régionalisation mondiale a été emblématique de ces interactions entre les axes 1 et 2. Les liens avec l’axe 3 Santé-risques portent principalement sur les enjeux de sécurité, qu’elle soit routière (ANR Critère), industrielle et technologique (programme MOSAIC), sanitaires (ville indienne, démocratie et santé). Le lien existe également du fait de la participation d’A.Vaguet et E.Eliot au projet ESPON TIGER sur des questions de régionalisation du monde en fonction d’indicateurs liés au secteur de la santé. Les liens avec l’axe 4, innovation et développement se sont structurés notamment autour des enjeux politiques (régulation). La « fracture numérique », discutée dans l’axe 4, a été également intégrée sous l’angle des recompositions territoriales. Enfin, les liens avec l’axe 5, modélisation et systèmes complexes, ont été essentiels. S’ils se sont prolongés dans la perspective « historique » de l’analyse intra-urbaine (étalement urbain, accessibilité, ségrégations…), ils se sont développés préférentiellement vers des modélisations à d’autres échelles (régionalisation, grands ensembles mondiaux), portés à la fois par l’ANR MaGéo et les programme européens (PCRD, ESPON TIGER). Les recherches en cours sur les critères de convergence (B. Elissalde) les lieux culturels (F. Lucchini) s’appuient largement sur des outils de modélisation et de géosimulation.

C.4. Publications majeures

  1. BEAUGUITTE L., DIDELON C., 2013, L’Europe vue d’ici et d’ailleurs. Numéro spécial de l’Espace politique. Numéro 19. 2013-1.
  2. BEAUGUITTE L. et LAMBERT N., (à paraître), L’HyperAtlas électoral parisien (2007-2012). Un outil pour l’analyse des dynamiques électorales intra-urbaines, M@ppemonde.
  3. BONNET E., (2014) « Le redistricting de 2011 à San Diego (Californie) : Mobilisation politique et représentativité de la communauté latino », Belgeo [en ligne] URL : http://belgeo.revues.org/11537
  4. BOURDIN S., 2013, "Pour une approche géographique de la convergence. Les inégalités régionales dans l’Union européenne et leur évolution", L’Espace géographique, 2013/3 Tome 42, p. 270-285.
  5. BRENNETOT A., 2012, La Normandie en débat, Bayeux, OREP Editions, 178 p., avec Armand Frémont (Paris - Caen), BRENNETOT ARNAUD (Rouen), Madeleine Brocard (Le Havre), Michel Bussi (Rouen), Pierre-Henri Emangard (Le Havre), Anne-Marie Fixot (Caen), Yves Guermond (Rouen), Pascal Buleon (Caen), Bruno Lecoquierre (Le Havre), François Gay (Rouen) Robert Herin (Caen) et Sophie de Ruffray (Rouen).
  6. BRENNETOT A. et DE RUFFRAY S., 2014, « La Région : une notion ambigüe saisie à travers le cas normand », L’Espace Politique [En ligne], 23 | 2014-2, mis en ligne le 04 juillet 2014, consulté le 04 décembre 2014. URL : http://espacepolitique.revues.org/3150 ; DOI : 10.4000/espacepolitique.3150
  7. BRENNETOT A., DE RUFFRAY S., 2014, « Découper la France en régions », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Débats, Quel découpage régional pour la France ?, mis en ligne le 23 juillet 2014, consulté le 04 décembre 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/26376 ; DOI : 10.4000/cybergeo.26376
  8. BRENNETOT A., 2013, « Dire l’Europe à travers le monde », Cybergeo : European Journal of Geography, article 630, co-auteur avec Karine Emsellem, France Guérin-Pace et Bénédicte Garnier.
  9. BUSSI M., BEAUGUITTE L. (2012), La carte électorale : miroir de la démocratie ? Revue Echo Géo, avril 2012/juin 2012
  10. BUSSI M., FOURQUET J., COLANGE C., 2012, « Analyse et compréhension du vote lors de l’élection présidentielle en 2012 : l’apport de la géographie électorale », Revue Française de Sciences Politiques, vol. 62 2012/5-6, p. 151 à 173.
  11. BUSSI M., LEDIGOL C., VOUILLOT C., (2014, à paraître), L’Ouest politique 100 ans après le tableau de Siegfried, Presses Universitaires de Rennes
  12. CAHU E., « De la réforme de la carte judiciaire ou l’instrumentalisation de critères objectifs au service d’un nouveau rapport scalaire de pouvoir », Annales de Géographie, janvier-février 2015, pp. 5-29.
  13. DE RUFFRAY S., 2013, “Vers une typologie des formes spatiales des limites de l’Europe : l’apport des cartes mentales interprétatives d’étudiants », Revue Belgéo 2013-1. Modelling and Benchmarking of borders. http://belgeo.revues.org/10627
  14. DIDELON C., DE RUFFRAY S. et al., 2011, A world of interstices : A fuzzy logic approach to the analysis of interpretative maps, The cartographic journal, vol 48, n°2. pp 100-107.
  15. DIDELON C., RICHARD Y, 2012, “The European Union in flows of International Students, attractiveness and inconsistency”. International Review of Sociology ; 2012, 1-16 ; 16 pages.
  16. ELETA - DE FILIPPIS R., 2011, « La mise en oeuvre du droit au logement opposable : une observation de terrain », Revue de droit sanitaire et social (RDSS), N.5 Septembre-octobre p. 950-956
  17. ELISSALDE B., SANTAMARIA F. & JEANNE P. : Harmony and Melody in Discourse on European Cohesion, Journal European Planning Studies, 2013 10.1080/, 2013.
  18. ELISSALDE B., SANTAMARIA F. & JEANNE P., L’affirmation du rôle de la Commission européenne, de l’importance du discours sur la cohésion, Revue l’Espace Géographique, ,2 p 97-114, 13, 2013.
  19. GUILLOT F., De la dimension spatiale du contrôle social. L’exemple de la frontière Mexique / États-Unis, dans Espace, Populations, Sociétés, n° thématique « Espace contrôlés », vol. 3-2012.
  20. HUCY W., Modéliser la nature en ville : expérimentation in Natures Sciences Sociétés, Vol. 18 n°2, pp. 133-146, 2010.
  21. LECOQUIERRE, 2015, « Le Sahara, un désert mondialisé », La documentation photographique n° 8106, la Documentation Française.
  22. LOUBET L., 2011, « L’étalement urbain à l’épreuve de la complexité intercommunale : analyse des modèles de coopérations dans l’agglomération toulousaine », in Revue Sud-Ouest Européen, n°31.
  23. LUCCHINI F., ELISSALDE B., FREIRE-DIAZ S., 2013, Caractériser l’attractivité des quartiers urbains par les données de la téléphonie mobile. L’Information Géographique, 1, 2013, 44-62.
  24. LUCCHINI F., 2013, Fêtes et imaginaires en Seine/scène. Regards sur l’Armada et autres mises en Seine normandes. Coordination du numéro spécial. Etudes Normandes, 1, 2013, 160p.
  25. LUCCHINI F., 2015 sous presse, La mise en culture des friches industrielles, PURH.
  26. RASSE M. (2014) – Réflexions pour une modélisation de la diffusion du Néolithique en Europe. Accepté dans Mappemonde
  27. RASSE M, TRIBOLO C., SORIANO S., HUYSECOM E. (2012) – Premières données chronostratigraphiques sur les formations pléistocènes de la « falaise » de Bandiagara (Mali, Afrique de l’Ouest). Quaternaire (23), 1, 5-23.
  28. RIVIERE J., COLANGE ., BUSSI M., CAUTRES B., FREIRE-DIAZ S., JADOT A., « Des contrastes électoraux intra-régionaux aux clivages intra-urbains. Eléments sur le scrutin régional de 2010 dans le Nord-Pas-de-Calais », revue Territoires en Mouvements, n°16-2012, p. 3 à 17.
  29. SCHIEBEL J., OMRANI H., GERBER P., (accepted) « Border effects on the travel mode choice of resident and cross-border workers in Luxembourg », European Journal of Transport and Infrastructure Research.

BILAN AXE 2 : Synthèse graphique

JPEG - 354 ko