Rechercher



Nos tutelles

CNRS

Nos partenaires

Liens utiles

CNRS
Délégation Normandie

Accueil du site > AXES DE RECHERCHE

Innovation et Développement

A. PRESENTATION DE L’AXE

Responsables :

- BERTIN Jean-Claude,
- LESOURD Michel

A.1. Les personnes (membres de l’axe)

PNG - 52.2 ko

A.2. Objectifs majeurs et thèmes de l’axe

L’axe « Innovation et développement » a privilégié la thématique de l’innovation et fait émerger d’autres thématiques structurantes, en réfléchissant à la question : « quelle innovation, pour quel développement et avec quelles perspectives pluridisciplinaires ou interdisciplinaires ? ». Le programme de l’équipe pluridisciplinaire était centré sur l’analyse des techniques et organisations innovantes et leur intégration dans les territoires, du local au global, « Nord » et « Sud ». Les TIC en sont l’objet principal, mais l’innovation se décline aussi en termes de régulation socio-politique et économique. La création par B. Galinon-Mélénec de deux équipes pluridisciplinaires (mais sur la base d’un noyau de chercheurs en Sciences de l’Information et Communication) de recherche thématique (« L’Homme-trace », 2010 ; « International Research Group of the Human Trace » RIGHT, 2011), ont conduit en 2013 l’UMR IDEES à faire de l’Homme-trace un « axe émergent », dont une partie des activités, celle orientée « TIC », se rattache étroitement à l’axe. L’intégration (via le CIRTAI) de cette équipe de chercheurs en SIC a ainsi considérablement renforcé la thématique TIC de l’axe.

Quatre thèmes structurants et un « axe émergent ». L’axe a été organisé en 4 thèmes cherchant à couvrir au mieux le champ de l’innovation. En 2013, un axe émergent autonome, partiellement lié aux deux premiers, est venu renforcer la thématique TIC.

-  Innovation et TIC. L’aggravation des inégalités socio et spatio-numériques à toutes échelles et dans les pays à haut niveau de vie comme dans les pays pauvres a conduit à s’interroger sur la dynamique de faits socio-territoriaux en rapide évolution. Le thème se décline en : (i) Politiques publiques, TIC et territoires ; (ii) Usages des TIC, société et territoire ; (iii) TIC, e-citoyenneté et transnationalisation.

-  Intégration de l’innovation. La thématique de modélisation et d’appropriation des technologies dans les sociétés des Nords et des Suds s’est concentrée sur les évolutions des dispositifs de formation médiatisés et à distance. La recherche se propose de constater l’ampleur de la révolution numérique dans le domaine socio-éducatif, d’analyser les raisons d’une telle situation et de déterminer des pistes possibles pour y remédier.

-  Innovation et régulation politique et religieuse. Les comportements des acteurs politiques, religieux, citoyens, sont au coeur de la gouvernance. Les pouvoirs sont l’enjeu majeur des élites « traditionnelles » et renouvelées et des classes moyennes émergentes. Les « Suds », confrontés à l’innovation transférée (démocratie, décentralisation, TIC et société de l’information) inventent des modèles de régulation sociale et politique.

-  Innover pour la régulation des ressources environnementales et alimentaires. Dans les Suds, des processus innovants de gestion citoyenne, communautaire, publique, privée, se développent autour de la « gouvernance » des ressources, dominée par les politiques publiques et l’application de modèles transférés. La régulation socio-environnementale et la sécurisation alimentaire par l’innovation dans les systèmes de ressources des petites agricultures familiales constituent un enjeu quantitatif, qualitatif et organisationnel.

-  L’Homme-trace, un axe émergent. Le titre L’Homme-trace renvoie au paradigme initié par B. Galinon-Mélénec en anthropologie de la communication, paradigme qui conçoit l’Homme « à la fois comme un producteur de traces et un construit de traces, l’ensemble se comprenant dans un processus continu de relations ». Le réseau fondateur a été développé par B. Galinon-Mélénec autour de la notion d’Homme-trace et de la mise en perspectives anthropologiques des traces contemporaines. Avec la multiplicité des traces numériques, elle a co-fondé en 2011 RIGHT (Research International Group on Human Traces) pour penser la question contemporaine des traces. C’est ce réseau qui travaille plus particulièrement dans l’axe Innovation et développement. Depuis 2013, B. Galinon-Mélénec l’a élargi à des chercheurs de nombreuses disciplines en sciences humaines et sociales. L’ensemble est dorénavant structuré dans HUMAN TRACE COMPLEX SYSTEMS UNESCO. http://tinyurl.com/human-trace-unesco En 2013 en effet, B. Galinon-Mélénec a crée un e-laboratoire Human-trace au sein d’un unitwin digital campus UNESCO. Par ailleurs, toujours autour de ce paradigme, depuis les restructurations universitaires de 2015, les relations avec les universités parisiennes (Conservatoire National des Arts et Métiers, l’Université Paris-Est Marne-la-Vallée et l’Université Paris-Ouest Nanterre La Défense) ont été renforcées.

B. BILAN SCIENTIFIQUE

B.1. Production et qualité scientifique

Originalité et pertinence de la recherche : déclinée, via l’approche TIC, dans ses dimensions territoriale, communicationnelle, sociétale, éducative, la thématique de l’innovation analyse les dynamiques innovantes au Sud : gouvernance politique et religieuse, innovation en sécurité alimentaire.

Innovation et TIC. P. Vidal (9 programmes financés), insiste sur la dynamique des territoires numériques (Congo, Corée, France). La dynamique « TIC » transforme pratiques commerciales, manières de consommer et lieux d’achat. Le e-tourisme désenclave et recompose les territoires. La coopération décentralisée pour la promotion des TIC en Afrique montre que l’équipement et les usages nouveaux sont possibles. La recherche (Pointe Noire, P. Vidal, Cap-Vert, M. Lesourd) s’appuie sur des comparaisons avec la France. Les fractures numériques demeurent : l’innovation oublie les plus pauvres et la gouvernance décentralisée.

Intégration de l’innovation. Le concept d’« ergonomie didactique » est une approche de la situation d’Apprentissage Médiatisé visant à combiner théories linguistiques et didactiques avec la spécificité d’un support informatique innovant. Il s’agit de modéliser les conditions d’une intégration des TIC pour répondre à la diversité des pratiques, et offrir un socle de référence pour de nouvelles expérimentations. La recherche, sur contrats, concerne les dispositifs d’enseignement/apprentissage des langues médiatisés et à distance et le suivi de l’apprenant, avec perspective de modélisation. Le ppf. « TIC et enjeux de société », travail collectif (P. Gravé, E. Annoot, Sarré, Sall), montre les difficultés de ces innovations. P. Gravé souligne l’importance des contextes enveloppants. E. Annoot, sur la réussite éducative, s’intéresse à la capacité médiatrice des TIC à l’Université.

Innovation et régulation politique et religieuse. Au croisement des pouvoirs et des territoires, l’analyse des comportements et des politiques des acteurs est basée sur des situations ouest-africaines (Cap-Vert, Sénégal, Mali) confrontées à « l’innovation » de la démocratie. L’analyse par le fait électoral (thèses soutenues de Ball, Coulibaly, Vigneron, co-dir. M. Bussi et axe 2), est complétée par celle de la gouvernance numérique innovante « au Sud » et la participation citoyenne (Cap-Vert, M. Lesourd). La « révolution des TIC » et les réformes territoriales ont modifié la perception et le rôle de l’élection comme démarche majeure de la démocratie représentative. Dans les démocraties plus matures, les pouvoirs « traditionnels » et religieux jouent un rôle régulateur de plus en plus affirmé (thèse C. Godefroy 2015), auquels répond la dynamique des ONG (Barcq, 2010) : Innovation politique, sociale, organisationnelle.

Les recherches du thème Innover pour la régulation des ressources environnementales et alimentaires ont été abordées (thèses) par le terrain « Sud » et axé sur deux questions : quelles innovations dans l’environnement comme espace convoité ? Quelles innovations pour valoriser les productions agricoles et alimentaires ? Des thèses soutenues (C. Fortes Benchimol, S. Loum) montrent l’innovation par la gouvernance de l’eau et les aires protégées. La seconde question s’intéresse à la réhabilitation de la petite paysannerie gabonaise et l’innovation “par les femmes” pour l’approvisionnement de la ville (soutenance 2015).

Homme-trace, communication électronique, société. Le thème réunit, autour de B. Galinon-Mélénec, enseignants-cherheurs et doctorants en SIC. Il se décline en « communication/écriture électronique » (F. Liénard), trace volontaire ou non, ce qui l’ancre dans l’équipe RIGHT. Le programme CECI (PRSH) a élaboré une méthodologie de recueil des données scripturales électroniques permettant de récolter des corpus représentatifs de toutes les pratiques électroniques réelles des usagers et devenant traces identifiables (S. Zlitni). Le champ thématique est élargi par le rapport entre communication, écriture et politique avec le programme international (Liénard, Zlitni, Dula) « Twitter aux Elections Européennes » (programme inter-MSRH et deux partenaires allemands), ainsi que par l’analyse de la relation communication électronique/politique (Zlitni, Touati).

Contrats de recherche et autres modes de financement ont joué un grand rôle dans la production de l’axe. Ils sont internes à l’UMR et surtout inter-universitaires (Grr, IRISH, Ppf,), locaux/régionaux, de recherche-action dans l’environnement socio-économique, institutionnels (P. Vidal : Grand Evreux, Ville du Havre, Côtes d’Armor, CCIT Le Havre, ADEME-APESA Haute-Normandie), extérieurs-institutionnels tel que MAE Campus France (contrats, bourse doctorale), P. Vidal : Observatoire du e tourisme, approche comparée France-Corée du Sud, PHC-STAR, CAMPUS France, de coopération décentralisée, ou étrangers (Cap-Vert, Gabon)

Les travaux réalisés et leur valorisation par des publications et des colloques sont particulièrement nombreux (Cf. infra). La caractéristique principale de la production est l’importance des directions d’ouvrage, de coordination de revues et d’actes de colloques. Elle montre la capacité d’initiative des chercheurs en valorisation, souvent de manière collective, dans la pluridisciplinarité.

-  Livres, direction d’ouvrages : Bertin et Gravé 2010 ; Liénard & Zlitni, 2011 ; Bertin (Narcy-Combes), 2012 ; Galinon-Mélénec, 2011 ; Galinon-Mélénec et Zlitni, 2013 ; Zlitni & Liénard, 2013 ; (Laroussi) Liénard, 2013

-  Coordination d’un N° de revue : Bertin (Narcy-Combes), 2012 ; Lesourd (Vallat, Lemarchand) 2012 ; Liénard et Zlitni, 2012 ; Liénard 2013.

-  Actes de colloque : Bertin et Annoot 2013 ; Zlitni, Liénard, 2012 ; Zlitni, Liénard, Dula, Crumière, 2014.

Attractivité de l’axe : L’axe a réalisé plusieurs colloques internationaux avec actes. En 2011, J-C Bertin a dirigé le C. S. de « l’Homme@distance » (Actes : 2013). L’équipe L’Homme-trace/RIGHT a très fortement contribué aux colloques : F. Liénard et S. Zlitni ont organisé un collque biannuel depuis 2010 :

-  Communication électronique en situations mono et pluriligues : Formes, Futurs, Frontières (2010, avec F. Laroussi) ; La communication électronique dans la « société de l’information ». Quels usages, quelles pratiques ? (2012) ; Communication électronique, cultures et identités (2014, avec D. Dula et C. Crumière).

B.2. Rayonnement et attractivité académique (réseaux, notamment internationaux)

B.2.1. Implication dans des Laboratoires et Réseaux de recherche

L’axe 4 est associé à des partenaires académiques nationaux et internationaux, ainsi qu’à divers organismes privés ou publics. Ses membres sont fortement impliqués dans des réseaux de recherche.

-  À l’international, ils ont des liens souvent anciens avec plusieurs universités et centres de recherche. Programmes, échanges et invitations concernent des universités européennes, africaines, américaines et asiatiques : U. Bucarest (Roumanie), FLASH de Bamako (Mali), U. de Dakar et de Saint-Louis (Sénégal), du Cap-Vert (Cap-Vert), de Toamasina (Madagascar), de Libreville (Gabon), Laval (Canada), de Rhode Island (USA), Inha et Séoul University (Corée), Athènes (Grèce), et celles du CS du GU8 (consortium universitaire international de 8 universités). Les réseaux : Research International Group Human Trace, de l’UnitWin Complex Systems UNESCO, de l’AISLF, Commission « Geography of Global Information Society » de l’UGI, GDRI NETSUDS, EuroCALL, CALICO (US-based), AEGIS.

-  À l’échelle nationale, les réseaux de spécialité sont le principal support : CNFG, RFEA, CERTU (Espaces sous influences urbaines) ; OTEN (Observatoire des territoires Numériques) ; CODAH, CREA, Normandie Métropole, CCI de Rouen et du Havre, SGAR ; AFLA, Ranacles, GERAS, GLAT (Gr. de Linguistique Appliquée des Télécommunications) ; SAES, GAL (Société allemande de linguistique appliquée) ; CS du réseau NumerUniv ; SFSIC (Société Française des Sciences de l’Information et de la Communication), de l’ISCC (Institut des Sciences de l’Information et de la Communication) ; Réseau National des Systèmes Complexes (RNSC), Association pour la Recherche en Sciences Cognitives (ARCO). Les réseaux Normands sont investis, comme l’ISCN (Institut des Systèmes Complexes en Normandie), le GRR CSN (Culture et Société en Normandie).

B.2.2. Implications dans la revue NETCOM

L’axe Innovation et Développement, Pilote de la revue NETCOM Journal. Portée depuis 2010 par IDEES Le Havre (ex CIRTAI-IDEES), la revue NETCOM Journal est liée à l’axe 4 : son co-directeur (depuis 2005) est Philippe Vidal et, parmi les 7 membres (appartenant à L’UMR IDEES) de son comité scientifique très pluridisciplinaire, C. Didelon, B. Galinon-Mélénec, O. Joly, A. Lemarchand, M. Lesourd, B. Steck, P. Vidal, plusieurs participent aux travaux de l’axe, aidés dans leur tâche, depuis 2013, par sa Secrétaire de rédaction, Sabrina Mommolin.

B.2.3. Interaction avec l’environnement social, économique et culturel

B.2.3.1. Contribution à la recherche dans le monde professionnel et à l’étranger

Plusieurs membres travaillent dans des programmes de recherche local-régional qui révèlent leur implication dans plusieurs domaines et structures : politico-territoriales (Région Haute-Normandie, Municipalité du Havre) sous forme d’expertise de groupe, de conférences, de tables rondes. De même avec les partenaires sociaux et socio-économiques publics (P. Vidal : DATAR, DGUHC-groupe ESIU ; P. Gravé à la direction de l’IRSIT (Institut de Recherche en Stratégie Industrielle et Territoriale), ainsi que les Chambres de Commerce et les entreprises, notamment dans le domaine du E-commerce (S.Desprez, en lien avec l’axe 1).

B.2.3.2. Valorisation de la recherche : activité d’animation et de vulgarisation

On retrouve cet engagement dans le domaine associatif et les ONG pour le développement : M. Lesourd (ONG Made in Africa, ONG Gabon, partenariat avec le CR : Madagascar) ; P. Vidal : ONG Congo (co-développement) ; J-C Bertin ; B. Galinon-Mélénec (CS de l’Univ. Populaire du Havre, CA de l’Association « Côté cours »).

Au total, une forte contribution au débat public sur les grandes questions d’équité territoriale, d’aménagement (P. Vidal : 10 conférences et tables rondes avec des partenaires locaux/régionaux), de développement, se traduisant par des publications orales, des conférences invitées, tables rondes, interventions dans les médias.

B.4. La formation à la recherche (thèses soutenues, éventuellement Masters)

14 thèses (dont 3 en collab. avec l’axe 2) et 5 HDR ont été soutenues. 22 thèses (dont 4 soutenances prévues en octobre 2015) et 2 HDR sont en cours. Plusieurs thèses/HDR reflètent la dimension internationale des problématiques de l’axe : communication (Dula-Manaury D., Faye E., Saba Ayon H., Seneh K., Manneville J., …), territoire (2), intégration socio-éducative des TIC (1 soutenue, 6 en cours), régulation politico-électorale ou religieuse innovante (5 dont 4 soutenues, dont 3 partagées avec l’axe 2 : Godefroy C., Ball A., Vigneron D., Coulibaly F.), gouvernance socio-environnementale et sécurisation alimentaire comme innovation (3 thèses).

C. ENJEUX PRIVILÉGIÉS

C.1. Liens avec le CNRS (contrats, réseaux...)

L’axe n’a pas de liens directs de contrat avec le CNRS, mais certains membres sont en réseau avec lui : B. Galinon-Mélénec est membre de l’ISCC (Institut des Sciences de l’Information et de la Communication). Une convention a été signée en 2009 entre le CIRTAI/UMR IDEES et l’ISCC et le comité d’Hermès.

C.2. Transdisciplinarité

Elle est forte. Les questions de la trace, de l’identité, du numérique, de la complexité, sont transversales aux problématiques traitées par l’ensemble de IDEES. Les travaux en SIC de l’Homme-trace font appel à des chercheurs inscrits dans d’autres axes (B. Steck, M. Bernardot, M. Lesourd, etc.). Inversement, certains chercheurs en SIC de l’équipe Homme-trace participent à des projets initiés par d’autres axes.

C.3. Transversalité avec les autres axes

Elle s’exprime dans des regards thématiques croisés, la participation aux activités, et des co-directions de thèse. Avec l’axe 1 : P. Vidal a co-organisé le colloque « Incertitude des mobilités ? Mobilités sans incertitude ? ». M. Lesourd a participé aux journées « Voyage ». Avec l’axe 2 : co-direction M.Lesourd-M.Bussi de trois thèses sur « l’innovation régulatrice » du processus électoral. Avec l’axe 1 et 2 : La « fracture numérique » Sud/Nord, entre régions, et entre ville et monde rural est questionnée, dans ses dimensions TIC/désenclavement/mobilité. Avec l’axe 5 : La thématique de l’Homme-trace s’ouvre sur les systèmes complexes.

C.4. Publications représentatives

  1. ANNOOT E., BERTIN J.-C. (Dir.) 2013 L’Homme @ Distance : Innovation et développement, Regards croisés, Paris, Ed. CNRS Alpha, 184 p.
  2. BERTIN J.-C., GRAVÉ P., NARCY-COMBES J.-P. 2010. Second-language distance learning and teaching : theoretical perspectives and didactic ergonomics, Hershey, USA : IGI Global.
  3. BERTIN J.-C., NARCY-COMBES J.-P. (Eds) 2012, Online Tutoring, Special issue Computer-Assisted Language Learning, Vol. 25,2, April 2012 (Routledge). (b)
  4. BERTIN J.-C., NARCY-COMBES J.-P. 2012. “Tutoring at a distance, modeling as a tool to control chaos”. In Bertin & Narcy-Combes (Eds) Computer-Assisted Language Learning, (Routledge) Special issue Tutoring at a Distance, vol. 25, 2, April 2012, pp. 111-127.
  5. BERTIN J.-C. 2012. « Approche systémique de l’innovation pour l’apprentissage en Centre de Langues ». In Language Learning in Higher Education (2012) 249-273, special issue, De Gruyter Mouton.
  6. BERTIN J.C. (dir.), ANNOOT E., GRAVÉ P., VOM HOFE A., SARRÉ C., SALL A. (2012) PPF TIC et enjeux de société : les enjeux des TIC en matière de formation. Rapport final pour le programme de recherche CPER de Haute-Normandie, CIRTAI, Université du Havre.
  7. DULA D. 2013« Traces d’absence et TIC. Usages des diasporas », in Galinon-Mélénec B., Zlitni S. (dirs), Traces numériques : de la production à l’interprétation, Paris : CNRS Editions, 2013, 77-90.
  8. GALINON-MÉLÉNEC B. 2012 "Le numérique : de l’usage aux traces, du fantasme au doute ou au cauchemar" in Denoit N. (dir.), L’imaginaire et les représentations des TIC dans la société contemporaine, Tours, Presses universitaires François Rabelais, 2012, pp. 79-100.
  9. GALINON-MÉLÉNEC B., ZLITNI S. (Dir.) 2013, Traces numériques : de la production à l’interprétation, Paris, CNRS éditions, série L’Homme-trace tome 2, 2013, 274 pages.
  10. GALINON-MELENEC B., 2012, « Numérique, plasticité psychique et insertion », in Galinon-Mélénec, B., Zlitni S. (dir), Traces numériques. De la production à l’interprétation, Paris, CNRS éditions, série L’Homme-trace, tome 2, pp. 179-212.
  11. GALINON-MÉLÉNEC B. 2012 « Le numérique, entre innovations et risques, in Galinon-Mélénec, B., Zlitni S. (dir.), Traces numériques. De la production à l’interprétation, Paris, CNRS éditions, série L’Homme-trace, tome 2, 2012, pp. 55-76.
  12. GALINON-MÉLÉNEC B. 2013 « Traces numériques versus proximité physique ? Le cas du recrutement » in Bertin JC. et Anoot E., (dir.), L’Homme@distance, CNRS éditions, janvier 2012, pp 17-35.
  13. GRAVÉ P. 2013. « Analyse du contexte institutionnel et formation-action-recherche dans les dispositifs de formation hybride : à distance / en présence. ». Annoot E., Bertin J.-C. (Dir.), L’Homme @ Distance : Innovation et développement, Regards croisés, Paris, CNRS Alpha, 184 p.
  14. LESOURD M. 2011 Traces coloniales. Le « Blanc » et « l’indigène », regards-traces croisés dans la mondialisation. L’Homme trace, B. Galinon-Mélénec (dir), Paris, CNRS, 410 p., pp. 305-330.
  15. LESOURD M. 2012 Mondialisation et nouvelle mobilité des élites africaines. La mobilité bourgeoise au Sud. Echogéo 20/2012, avril-juin 2012, en ligne.
  16. LESOURD M. 2014 Développement des TIC et dialogue citoyen-État en Afrique. l’exemple de la République du Cap-Vert. Coll. Int. « Communication électronique, Cultures et Identités », 11-13 juin 2014, CECI, Le Havre, Dépt. Info. et Comm. de l’IUT/UMR IDEES/CIRTAI (U. du Havre), in Actes (S. Zlitni, F. Liénard, D. Dula, C. Crumière, Coord.), pp. 467-474.
  17. LIENARD F., ZLITNI S. (Coord.) 2012 Traces numériques : de la présence à l’oubli, Revue NETCOM (Networks and Communication Studies), Volume 26, 1/2 (imprimé en 2013), http://www.netcom-journal.com/, 144 pages.
  18. LIENARD, F. (Coord.) 2013 Culture, identité et écritures numériques, Epistémè n°9, Revue internationale de sciences humaines et sociales appliquées, Séoul : Université Korea - Center for Applied Cultural Studies, 432 pages.
  19. LIENARD, F. 2014 « Les nouvelles formes de la langue (électronique) », dans Lardellier, P. (dir.), Formes en devenir. Approches symboliques et communicationnelles, London : Hermès Science Publishing Ltd, pp. 93-119.
  20. MUS M., STECK B., 2012 « L’Afrique, terre d’oralité : Eldorado pour le téléphone mobile ? », Mappemonde, n°104
  21. STECK B. 2013 « TIC et construction des identités territoriales des populations immigrées, le cas du Havre » in L’Homme@distance. Innovation et développement, regards croisés (Bertin J-C. et Annoot E., dir.), Editions du CNRS, Paris, 182 p., pp.71-92
  22. VIDAL P., BAKIS H. 2010 « Geography of information society », Chapter 5, in Reber B., Brossaud C., Digital Cognitive Technologies Epistemology and Knowledge Society, Wiley-ISTE, pp 71-87
  23. VIDAL P., 2010, « Enclavement numérique en milieu rural, quelles problématiques ? », La revue européenne des médias, n°13, Hiver 2009-2010, IREBS-IREC, Panthéon-Assas, pp.59-64.
  24. VIDAL P. 2011 « L’aide au développement dans le domaine des TIC : entre logiques technomarchandes et charity business », in Nonjon A., (coord), L’Afrique des nouvelles convoitises, Ellipses, collection marketing, Septembre 2011, pp.89-100
  25. VIDAL P. 2011 « Bilan critique de l’aide au développement numérique de l’Afrique », in « Le développement durable en manque de communication », Laulan A.-M. (coord.), Les cahiers du cedimes, Vol. 5 – No 3 Automne 2011, pp. 45-60
  26. VIDAL P. (2013), "Quelle place pour les vieilles cartes au pays des nouvelles technologies ?", EspacesTemps.net, Laboratoire, 17.12.2013 http://www.espacestemps.net/article...
  27. ZLITNI S., LIENARD F. (dir.) 2012 La communication électronique dans la « société de l’information ». Quels usages ? Quelles pratiques ? Actes du colloque, Mont Saint-Aignan, Editions Klog, 410 pages.
  28. ZLITNI S., LIENARD F. 2012 « La communication électronique comme élément de la trace numérique », dans LIENARD F. et ZLITNI S. (dir.) Traces numériques : de la présence à l’oubli, Revue internationale NETCOM, vol.26, n°1-2, pp. 9-14. -ZLITNI, S., LIENARD F. (éd.) 2013, La communication électronique en questions, Bern, Peter Lang, 402 p.
  29. ZLITNI S., LIENARD F., DULA D., CRUMIERE C. (2014, éd.), Communication électronique, cultures et identités, Actes de colloque, Mont Saint-Aignan, Editions Klog, 654 pages.
  30. VIDAL P., ROUGE L., 2011, Les espaces périurbains habités par le numérique ? Collection Dossiers, éditions du CERTU, 54 p., ISBN 978-2-11-099575-9, 2011.

BILAN AXE 4 : Synthèse graphique

JPEG - 309.1 ko